RCPS_RUGBY CLUB du PAYS de SOMMIERES : site officiel du club de rugby de Sommières - clubeo

2014_ 2015 Archives Résumés de Sept. à Déc.

 

  • 14 novembre 2014 - LES TAMALOUS DU PIC ST LOUP / RCPS - 2 / 2  Vendredi soir les Blaireaux de Sommières ont affronté les Tamalous de Saint Clément. 

Un Anglais aurait comparé les conditions climatiques à un simple épisode de la Croisière s’amuse (pour les plus jeunes allez chercher sur Wikipedia). Un Gardois se contentera de les  comparer à un épisode cévenol.

Sous des trombes d’eau ce ne sont pas moins de trente vaillants sommiérois qui ont répondus à l’appel. Beaucoup de nouveaux, beaucoup d’anciens, avant même le coup d’envoi ce début de saison était une réussite. La question que l’on pouvait se poser était de savoir si l’amalgame allait se faire, si la mayonnaise allait prendre. 

La première mi-temps a donné un élément de réponse : les Blaireaux ont pris à la gorge l’équipe adverse, la forçant à camper dans sa moitié de terrain pendant plus d’un quart d’heure. Il faudra attendre une touche sur pénalité pour voir les Tamaloup découvrir la verte (et synthétique) pelouse de notre camp et respirer un peu.

En effet, les Blaireaux ont exercé tout au long de cette première mi-temps une pression intense sur la ligne d’en but adverse. Sanctionnés à trois reprises pour des fautes commises à moins d’un mètre de leur ligne les Tamaloup se sont sortis extrêmement bien de ce pilonnage en règle, magnifique hommage de Sommières aux artilleurs français de la Première Guerre Mondiale (dont nous fêtons le Centenaire, comme ça vous révisez un peu).

Cet acharnement finit par payer à quelques secondes de la fin du premier tiers temps. Après un bel enchainement initié par les avants et un beau relais de trois quarts en jambe et habiles (malgré la pluie), Titou franchit la ligne après une percée fulgurante et décisive de 125 centimètres (autant qu’à Verdun en 1916, les morts en moins). Météo France passait aussitôt en alerte rouge, nous aussi. 

1-0  donc à la pause des oranges 

L’occasion pour les Blaireaux d’opérer un profond remaniement de l’équipe avec l’entrée en jeu de plus de 12 joueurs ! On oublie les histoires d’expérience, de priorité, de talents. Au RCPS le seul roi est le rugby, le seul titulaire incontestable c’est le ballon. 

La 2ème mi-temps voit des locaux plus en jambe et déterminés à rattraper leur retard. Face au vent, face à la pluie, face à une équipe rodée et à des joueurs surmotivés, les Gardois font mieux que se défendre. Ce n’est jamais facile de rentrer en cours de match ou d’inventer des automatismes avec des coéquipiers que l’on ne connait que depuis deux mois et 2825 pompes (merci coach bien aimé). Malgré ces handicaps les Blaireaux ont tenu bon, n’encaissant qu’un essai, il faut bien le dire, mérité et bien amené par les courageux Tamaloup. On aurait pu croire Sommières atteint, pas du tout. Il s’en faut de peu que sur un renversement d’attaque et un magnifique décalage de Buell (récemment opéré avec succès d’une double greffe des avants bras) pour que Pélican, tel un aigle, n’atteigne la Terre Promise. 

C’est donc sur un score de parité que les deux équipes se séparent : 1-1. Le dernier tiers temps allait être décisif (comme la bataille de la Marne, la deuxième, celle de 1918. Et hop ! Un autre placement produit).

Il restait 20 minutes, les blessures et la fatigue amenèrent un plus grand turn-over entre nos deux groupes. Que dire ? Les dix premières minutes furent équilibrées. Une superbe percée consécutive à une récupération pleine d’opportunisme de Yann permit une conclusion nette et sans bavure de Toni entre les perches. A dix minutes de la fin, Sommières était de nouveau en tête ! La victoire était proche. Mais c’était sans compter la pluie, le vent de face, la fatigue, bref, l’alliance de tous les éléments naturels et stratosphériques contre nous. Les Tamaloup, profitant d’une légère baisse de régime égalisèrent en toute fin de match. 

Que retenir ? Le résultat est un peu décevant compte tenu de l’engagement, de la débauche d’énergie et de l’enthousiasme de l’équipe. Une victoire n’aurait pas été déméritée. Consolons nous en nous disant que la victoire n’est pas au tableau d’affichage mais dans le large cercle formé avant le match, dans les deux vestiaires nécessaires pour contenir tous ceux qui ont envie de jouer au rugby à Sommières, dans le sourire des nouveaux venus, dans la fierté du regard des anciens. Le score est anecdotique. Tout ce qui fait que nous avons choisi le rugby à tout autre sport était présent ce vendredi pluvieux aux Tamaloup. 

Rendons hommage à nos vaillants adversaires qui nous ont accueillis royalement dans des installations dignes d’un stade olympique, avec un repas digne d’une réception officielle, avec des chants dignes des fêtes de Bayonne. 

 En fait il y a eu un grand vainqueur vendredi soir : notre sport, le Rugby.

Matthiñaki

 

  • 11 décembre 2014 - LE CORTO / RCPS - 4 / 2

Notre rédacteur n'étant pas présent et aucun des présents n'a voulu faire un résumé du match , le Corto m'a transmis son résumé...

Alors je vous le livre tel quel ......

"En ce jeudi 11 Décembre 2014, le Corto affrontait Sommières.
 
Température fraîche mais bonnes conditions de jeu (autre chose que le samedi du Téléthon et sa pluie glaciale à ne pas mettre un irlandais dehors).
 
Joueurs absents au Corto:
L'Instit: au concert d'Etienne Daho (on se demande bien pourquoi, c'est un coup à se morfondre et à ruminer).
Victor-Sécator-Cagibi : au Ruanda (on se demande bien pourquoi, c'est un coup à broyer du noir).
 
Présence significatives (entre autres) :
Le Scratch, de retour d'un claquage à la con et qui se faisait expliquer le tracé du terrain, les lignes, leur rôle, les zones qu'elles déterminent et leur rôle aussi (... pas évident ce concept des pointillés).
La Douceur, malgré une gastro (en territe - c'est les pires) et quelques soucis à cause d'une sombre histoire de ramoneur (pour qui? pour quoi? mystère).
 
Sommières se présentait avec un mélange de joueurs expérimentés (Nîmes par exemple) et de jeunes (débutants mais vifs).
A noter la présence dans leurs rangs du célèbre Bison, à la carrière conséquente (débuts en Lozère, puis la Pologne et enfin les plaines du grand Ouest américain).
Le Corto devait donc se méfier de cette équipe d'Outre-Vidourle.
(Ndlr : le terme d' "Outre-Vidourle" nous permet d'ouvrir ici une petite paranthèse géo-politique car la ville de Sommières a une partie qui n'est pas au-delà du Vidourle. Celà serait à rapprocher du cas de la Turquie avec sa partie européenne. La Turquie, en Europe? en Asie? Vaste dilemne.
Toutefois, existe-t-il des "chiottes à la gardoise"? Non. 
Et emploie-t-on l'expression "Etre fort comme un gardois"? Bien sûr que non (manquerait plus que ça). 
Alors cessons-là cette polémique stérile, même si aux yeux de certains héraultais, le Gard se trouvant à l'Est de l'Hérault, les gardois peuvent paraître comme des orientaux).
 
L'avant-match commençait par une petite approche psychologique dans les vestiaires, au moment où les visiteurs, en tenue, casqués et solides en perspective, déposaient leurs affaires. Titi y allait d'une petite pique mais La Douceur (l'homme à la gastro) se précipitait soudain au cabinet d'aisance (la pression déjà? Peut mieux faire pour impressionner des adversaires...). Nono se montrait un peu plus à la hauteur avec des termes comme "conquérants" et "revanchards". Bien.
 
Un spectateur de choix : Le Dave, en fin connaisseur des deux équipes.
 
* Le premier tiers-temps commençait par un statu-quo général. A la première mêlée, Jean-Mi réalisait qu'il était en fait remplaçant et en surnombre (ils sont d'un distrait ces lozériens alors).
Puis, à la seconde minute, Scratch devait sortir (cheville - "zut, faudra tout lui réexpliquer pour les lignes à son retour" pensaient certains, "fffffff").
Les visiteurs, habillés en Harlequins, luttaient déjà contre le Tourteau qui commençait à leur faire voir de toutes les couleurs avec ses plaquages déjà appuyés.
Le jeu restait en milieu de terrain, le Corto devant se méfier de la vivacité des 3/4 adverses (Bertrand sauvait bien sur l'aile). Pierre ouvrait, bien que très pressé, mais le jeu restait haut côté Corto. L'équilibre des forces était manifeste.
Sommières glissait bien en défense et le Corto dégageait au pied.
 
0 - 0 à la pause après une période sans domination ni occasions.
Le discours était à l'application (touches) et au soutien.
 
La physionomie du second tiers-temps était toute autre.  
Le Tourteau montrait encore l'exemple et avançait d'entrée sur 20m plein axe.
Manu ouvrait bien sur Lapotre qui échouait à l'aile de très très peu : le Corto lançait enfin ses piques.
Les touches étaient cressoises et les mauls s'enchaînaient: à 10m, à 5m, à 2m50 mais l'ouverture en surnombre ne se faisait pas, hélas.
Le Corto restait aux 22 adverses pour une domination totale. La Douceur progressait et sur une touche adverse aux 10m, Brice récupérait une balle au-delà de l'alignement. Il passait dans l'en-but pour l'ouverture du score : 1 0.
L'arbitre hésitait cependant puis refusait l'essai pour empilement, deux sommiérois ayant empêché le cressois de se retourner (ce que Brice admettra après match).
Le Corto ne lâchait toutefois rien. Lamole s'y essayait à l'aile gauche (de peu).
Les troisièmes lignes passaient à droite mais Sommières sauvait encore à 2m! Grrr!
Les touches étant locales, les gros "maulaient" pour enfin arriver à la ligne du bonheur : 1 0 par une détente du bras bionique de Stèph. Un essai pour le moins mérité.
Les gardois faisaient alors jouer leurs gabarits. Mais Lamole chippait une balle finement et JB avançait à son tour. Lapotre n'hésitait pas à prendre la marée sur une passe trop en arrière, Manu faisait une Manu et les gros stabilisaient le tout: bonne maîtrise.
Nono faisait un en-avant de peu pour une occasion à l'aile, dommage. La vigilance était de mise et Greg bloquait bien une 9 8 au ras adverse.
Titi, expérimenté, ne ramassait pas une balle tentante en position de hors-jeu puis, sur jeu ouvert, se présentait balle en main.
Là, il feintait la passe pour perforer la ligne adverse. Il s'en suivait une course d'une trentaine de mètres, Titi étant poursuivi par 5 gardois se ruant sur lui en éventail. Le coach puisait alors dans toutes ses ressources pour atteindre l'en-but: 2 0 ! Bravo l'ancien! Et dire que certains arrêtent le sport à 20 ans, ah là là; un bien bel exemple sportif (bon, il sortait quand même illico pour récupérer sur la touche...).
Toutefois, Sommières ne s'abandonnait pas au désespoir et un jeune gardois moustachu perçait à l'aile sur l'engagement : 2 1 !!
 
Seconde pause. La consigne: insister sur les percussions.
* Le troisième tiers-temps débutait par deux coups de théâtre.
Le premier : Lamole passait troisième ligne! Et avec le casque de Jean-Mi. Méconnaissable le gars. Le second : Sommières égalisait d'entrée! Aïe! (Maul sur l'aile gauche suivi d'une percée d'un centre en diagonale entre les poteaux).
Pas si naïfs que ça ces sommiérois (une équipe du Bison fûtée...). Tout à recommencer.
Le Corto se reprenait, pressait plein axe. Les touches propres permettaient le retour de la domination.  Après plusieurs mauls usants dans l'axe encore, Lamolle pouvait ouvrir sur La Douceur décalé  à 20m de l'en-but, aile gauche. La Douceur (l'homme à la gastro) lâchait les gaz : 3 - 2, ouf!
En se replaçant, beau geste de fair-play, il relevait ses deux adversaires asphyxiés au sol. Sommières se rebellait alors et restait chez les creusois. Le Corto peinait mais ne cédait pas. 
Greg encourageait tout le monde et Vincent-Doc3 plaquait un adversaire oublié par un gros (un beau geste plein de volonté, maîtrise, assurance, précision et fermeté - 

ndlr : ces propos n'ont absolument aucun rapport avec le fait que Doc3 se soit occupé de la cheville du rédacteur..). Sommières faisait donner toutes ses dernières forces maintenant. Occupant les 30m cressois, ils tentaient de toute part, sans réussite.
Là, sur un regroupement, leur Bison avait le visage bloqué et écrabouillé par un postérieur cortïdien. Cependant, il restait songeur et flegmatique.  Le temps soudain arrêté, il se rappelait peut-être, philosophe, ces quelques vers de Brassens :
"Que jamais l'art abstrait, qui sévit maintenant, n'enlève à vos attraits ce volume étonnant.
Au temps où les faux-culs sont la majorité, gloire à celui qui dit toute la vérité". On assistait maintenant à deux belles batailles, gros contre gros, 3/4 contre 3/4, batailles qui débouchaient sur une série de turn-overs (turn-ovaires dirait Calou).
Alex filait sur l'aile droite : essai d'Alexandre le Grand. Pierre ne lâchait rien, même sur la fin.
 
4 à 2, la "messe était dite" (Saint Sériès aux sommiérois, Le Crès, 11/12/14).

Un bon petit match à la qualité due aux adversaires (joueurs et bon esprit) mais, surtout, aux absences de Kata, L'Instit et Florian. Belles haies d'honneur. Le Corto se regroupait en cercle pour confirmer ses certitudes dans la victoire et se féliciter des libérations de balle correctes - charnière un peu plus efficace que celle du MHRC en ce moment, n'est-il pas!
La troisième mi-temps voyait les sommiérois rester plus en nombre au repas. Bonne ambiance. Là, d'aucuns tentaient un surnom pour Florian : "le Peintre" (car, des Borghesi peintres, il y en aurait eu plein). Quelques mélomanes restaient tard dans la nuit (le Tourteau, Greg, Lamole, Scratch, le Dave, JB, Jéjé) et interprétaient quelques classiques dont du "Nougarogorille" (mélange de Nougaro et de Brassens).
La rédaction. LE CORTO"

M6 premiers pas : nouveau joueur 6 jours
TOURNOI DES M14 et ENTRAINEMENT DU SAMEDI 11 NOVEMBRE 9 jours
M12 Benjamins : nouveau joueur 14 jours
Rohann Auguste est devenu membre 15 jours
Jean-Roch Vaillé est devenu membre 20 jours
Entraînement Loisir Vétéran 29 jours
REPRISE DES ENTRAINEMENTS EDR 29 jours
Mike Murphy est devenu membre 1 mois
2-2
Loisir/Vétéran / Corc'Ovalie 1 mois
Loisir/Vétéran / Corc'Ovalie : résumé du match 1 mois
M12 SOMMIERES 07/10/2017 : nouvelles photos 1 mois
M12 SOMMIERES 07/10/2017 1 mois
M12 SOMMIERES 07/10/2017 1 mois
M8 Mini poussins : nouveau joueur 1 mois
Thomas Mermoux Bossege est devenu membre 1 mois

Aucun événement

A MEDITER...

 

PANNEAU VU SUR UN TERRAIN  ...et à méditer

texte vu sur un terrain

 

INITIATION RUGBY À L'ECOLE MAINTENON - SOMMIERES -